Comment devenir donneur de Voix ?

Vous aimez lire et vous aimeriez partager ce plaisir avec ceux qui ne le peuvent pas en raison de leur déficit visuel ou d’un lourd handicap moteur (plus de 80 %). Pourquoi ne viendriez-vous pas rejoindre la cinquantaine de donneurs de voix qui enregistrent des livres pour le comité de Vendée de l’AVH ?

Pour vous permettre de vous faire une idée plus précise de cette activité, voici les questions qui nous sont le plus souvent posées. Et leurs réponses.

SOMMAIRE

1 - Comment devient-on donneur de voix ?

2 - Quand ont lieu les journées de formation et où se déroulent-elles ?

3 - Quel est le contenu de la formation ?

4 - En quoi consistent les tests de lecture ? Qu’est-ce qu’ils évaluent ?

5 - Où ont lieu les enregistrements ?

6 - Quel est le matériel utilisé pour enregistrer ?

7 - L’utilisation d’Audacity est-elle compliquée ?

8 - Comment choisir un livre à enregistrer ?

9 - Faut-il avoir déjà lu le livre avant de l’enregistrer ?

10 - Existe-t-il une demande de livres pour enfants ?

11 - Toutes les voix conviennent-elles ?

12 - Quelles sont les qualités d’une bonne lecture ?

13 - Enregistrer un livre demande-t-il beaucoup de temps ?

14 - Combien de livres doit-on enregistrer chaque année ?

15 - Que devient le livre enregistré ?

16 - Un donneur de voix peut-il savoir si un livre qu’il a enregistré a été lu/écouté ?

 

1 - Comment devient-on donneur de voix ?

Les étapes d’intégration sont les suivantes :

1. Contact avec l’AVH et les responsables de la bibliothèque sonore.

2. Participation à une journée de formation en petit groupe (6 personnes au maximum).

3. Passation de tests de lecture. Evaluation par les responsables de la bibliothèque sonore.

4. Enregistrement d’un premier livre court.

Retour au Sommaire

 

2 - Quand ont lieu les journées de formation et où se déroulent-elles ?

Au fur et à mesure des demandes. Il y a 3 ou 4 sessions par an, au siège de l’association, 39 bis, rue de la Marne à La Roche-sur-Yon.

Retour au Sommaire

 

3 - Quel est le contenu de la formation ?

1. Installation, sur les ordinateurs portables présents, du logiciel d’enregistrement Audacity.

2. Initiation au logiciel. Mise en situation d’enregistrement.

3. Présentation des procédures en usage à l’AVH Vendée.

4. Présentation des tests de lecture et de leur évaluation.

5. Prêt d’une clé USB contenant Audacity (pour installation sur ordinateur fixe et tous les documents nécessaires aux enregistrements et à leur transfert à l’AVH.

Retour au Sommaire

 

 4 - En quoi consistent les tests de lecture ? Qu'est-ce qu'ils évaluent ?

Les tests (environ un quart d’heure d’enregistrement terminé) rassemblent des textes courts de types différents. Ils ont été élaborés au siège parisien de l’association.

Ils permettent d’évaluer, sur des critères précis, à la fois la qualité de la lecture et celle du son. La grille d’évaluation détaillée est remise au futur donneur de voix en même temps que les textes à lire.

A l’issue de l’évaluation, trois possibilités :

1. feu vert immédiat pour l’enregistrement d’un premier livre ;

2. demande de renouvellement total ou partiel des tests (le plus souvent pour raisons techniques) ;

3. invitation à chercher une autre forme de bénévolat au service de l’AVH (le cas ne s’est encore jamais produit depuis la mise en place de la formation).

Cette procédure permet d’une part de viser d’emblée la meilleure qualité possible d’enregistrement et d’éviter d’autre part qu’un livre entier soit refusé.

Retour au Sommaire

 

5 - Où ont lieu les enregistrements ?

L’AVH Vendée ne dispose pas de studio. Les donneurs de voix enregistrent chez eux. Il faut donc pouvoir disposer d’un lieu assez bien isolé des bruits extérieurs comme ceux d’une rue fréquentée.

Retour au Sommaire

 

6 - Quel est le matériel utilisé pour enregistrer ?

La grande majorité des donneurs de voix utilisent leur ordinateur personnel (fixe ou portable) et l’accessoire indispensable : un combiné micro-casque. Lors de la journée de formation, les responsables de la bibliothèque sonore peuvent fournir les références de différents modèles pour l’acquisition du micro-casque (compter de 20 à 40 €).

Dans certains cas (mauvaise qualité de la carte son de l’ordinateur, par exemple), il est possible d’adjoindre une carte son externe acquise par le donneur de voix  (une vingtaine d’euros) ou prêtée par l’AVH.

Si quelqu’un n’a pas d’ordinateur ou ne maîtrise pas suffisamment l’usage de l’informatique (voir question suivante), l’AVH peut mettre à sa disposition un enregistreur numérique et certains de ses accessoires. Ces appareils fournissent des enregistrements d’excellente qualité mais leur utilisation, plus complexe que celle des anciens enregistreurs à cassettes, requiert au moins autant de rigueur que pour les enregistrements sur ordinateur.

Retour au Sommaire

 

7 - L'utilisation d'Audacity est-elle compliquée ?

Audacity – gratuit – est un logiciel performant. Les donneurs de voix n’utilisent qu’une toute petite partie de ses fonctions. Certaines fonctions sont identiques à celles de beaucoup d’autres logiciels (sélectionner, supprimer, copier, coller…). Son utilisation demande évidemment un petit apprentissage mais ne présente aucune difficulté majeure pour qui possède déjà les savoir-faire de base en informatique. Vous voulez savoir si vous avez ces compétences ? Voir les Prérequis pour Audacity. => (Liien)

Si vous maîtrisez ces gestes de base, vous êtes apte à utiliser Audacity pour enregistrer un livre. Sinon, ou bien vous faites l’essai d’un enregistreur numérique, ou bien vous vous inscrivez dans un club informatique pour les acquérir et vous reprenez contact avec l’AVH dans quelque temps.

Retour au Sommaire

 


8 - Comment choisir un livre à enregistrer ?

Vous aurez trois possibilités :

1. Choisir un livre de votre bibliothèque. C’est le cas le plus fréquent.

2. Choisir un titre dans la liste proposée périodiquement par la médiathèque du siège parisien de l’AVH, qui vous enverra le livre.

3. Répondre à une demande particulière d’un audiolecteur relayée par la secrétaire de la bibliothèque sonore.

Une fois le titre choisi, il est impératif de le soumettre à la secrétaire de la bibliothèque sonore. Celle-ci vous donnera le feu vert pour l’enregistrement après s’être assurée que l’ouvrage n’existe déjà ni au catalogue vendéen ni au catalogue national.

Retour au Sommaire

 

9 - Faut-il déjà avoir lu le livre avant de l'enregistrer ?

La plupart des donneurs de voix n’enregistrent que des livres qu’ils connaissent déjà. D’autres préfèrent se mettre en situation de découverte. Il n’y a pas de règle absolue en la matière. Chaque façon de faire offre des avantages et des inconvénients. En revanche, il est primordial d’être à l’aise avec le texte lu. Pour l’audiolecteur, cette adhésion du donneur de voix au texte, ou au contraire sa gêne, sera très sensible.

Retour au Sommaire

 

10 - Existe-t-il une demande de livres pour enfants ?

Cette demande est quasi inexistante en Vendée, mais les listes proposées par la médiathèque du siège peuvent inclure des titres de ce type et les donneurs de voix peuvent eux-mêmes en proposer.

Retour au Sommaire

 

11 - Toutes les voix conviennent-elles ?

Les audiolecteurs accordent une grande importance au timbre de voix ou au phrasé des donneurs de voix. Mais il s’agit là de critères très subjectifs (c’est pourquoi ils ne figurent pas dans la grille d’évaluation des tests) : la même voix peut être perçue comme agréable par un audiolecteur et désagréable par un autre. A priori, il n’y a donc pas à avoir d’inquiétude à ce sujet.

Retour au Sommaire

 

12 - Quelles sont les qualités d'une bonne lecture ?

1. Le respect absolu du texte.

2. La possibilité offerte à l’audiolecteur d’une compréhension aisée. Principales conditions à respecter :

     - la netteté de l’articulation ;

    - l’adaptation du rythme de lecture aux fluctuations du sens ;

    - la fluidité du débit (sans bafouillages ni reprises) ;

    - la justesse des intonations (sans excès : il faut laisser à l’audiolecteur sa liberté d’imaginer).

Retour au Sommaire

 

 

13 - Enregistrer un livre demande-t-il beaucoup de temps ?

Oui, si l’on recherche la meilleure qualité et si l’on respecte les préconisations. A titre d’exemple, un ouvrage qui représentera une douzaine d’heures d’écoute pour l’audiolecteur aura demandé 25 à 30 h de travail au donneur de voix.

Même pour un donneur de voix entraîné, les erreurs de lecture sont inévitables mais doivent toutes être corrigées. Certaines (un bafouillement ou un bruit parasite, par exemple) sont perçues au moment même où elles se produisent ; elles peuvent être rectifiées aussitôt en cours d’enregistrement. D’autres, inconscientes (comme l’oubli d’un mot ou l’emploi d’un mot pour un autre), ne pourront être découvertes que grâce à une réécoute intégrale de l’enregistrement et ne seront donc corrigées qu’a posteriori.

Il faut le reconnaître : l’enregistrement de livres est une activité chronophage, mais la recherche de la qualité, pour la satisfaction des audiolecteurs, est à ce prix. De plus, elle peut elle-même être une source de vrai plaisir pour les donneurs de voix.

Retour au Sommaire

 

14 - Combien de livres doit-on enregistrer chaque année ?

C’est vous qui décidez, en fonction de vos disponibilités. Il n’y a aucune exigence de rendement. L’activité des donneurs de voix de l’AVH Vendée est d’ailleurs en partie saisonnière : beaucoup d’entre eux « produisent » surtout en automne et en hiver et consacrent leurs loisirs des beaux jours au jardinage, aux voyages ou à l’accueil des petits-enfants. Chacun(e) reste complètement libre de l’organisation de son temps.

Cela dit, il est préférable de ne pas étaler le travail sur un livre sur une trop longue période car l’homogénéité de l’enregistrement risque d’en souffrir.

Retour au Sommaire

 

15 - Que devient le livre enregistré ?

1. Une fois fini l’enregistrement, le donneur de voix le transmet à l’AVH Vendée (même pour les livres choisis sur les listes parisiennes).

2. Le découpage de l’enregistrement, les noms de fichiers sont vérifiés par un responsable de la bibliothèque sonore.

3. L’enregistrement est transmis aux techniciens pour l’optimisation du son et l’encodage spécial qui permettra aux audiolecteurs de naviguer à leur guise dans l’enregistrement s’ils disposent d’un appareil de lecture adapté.

4. Le livre sonore est archivé sur un disque dur et, le plus souvent, gravé sur CD.

5. Il est intégré au catalogue. La liste des nouveautés paraît régulièrement dans le Point lumineux. (le bulletin sonore bimestriel de l'AVH Vendée).

6. Le donneur de voix est avisé qu’il peut effacer l’enregistrement de son disque dur s’il a enregistré sur ordinateur.

Le livre sonore est donc maintenant à la disposition des audiolecteurs vendéens et il est également proposé à tous les autres comités de l’AVH, partout en France.
En Vendée, la bibliothèque sonore de l’AVH fonctionne pour l’instant sur le modèle d’une bibliothèque classique, grâce au prêt de CD. Il est probable que la situation évoluera grâce au téléchargement ou au transfert sur clé USB ou carte mémoire, comme cela existe déjà au siège national de l’AVH ou dans d’autres comités.

Retour au Sommaire

 

16 - Un donneur de voix peut-il savoir si un livre qu'il a enregistré a été lu/écouté ?

La diffusion nationale augmente considérablement les chances d’écoute d’un livre enregistré mais ne permet pas de statistiques de ce type. Tout au plus la secrétaire de la bibliothèque sonore de l’AVH Vendée peut-elle éventuellement renseigner un donneur de voix sur les sorties de « ses » livres. Il est certes légitime de s’interroger sur les suites de son travail, mais là n’est pas l’essentiel…

Retour au Sommaire

 

Que vous ayez ou non trouvé les réponses à vos questions, n’hésitez pas à prendre contact avec le comité de Vendée de l’AVH.

A bientôt